Abstract

L'UNRISD a chargé des chercheurs d'étudier les dimensions sociales et politiques des projets de protection de l'environnement. Ceux-ci, se basant sur l'étude de cas de trois pays : Costa Rica, Philippines et Sénégal, se sont efforcés de montrer comment les différents acteurs favorisent ou influencent l'application des politiques et programmes de protection de l'environnement au niveau national. Depuis les années 80, participation et décentralisation sont relativement peu critiquées dans la documentation officielle des institutions. Un abîme sépare souvent la théorie de la pratique de la décentralisation. L'approche traditionnelle : la sauvegarde imposée d'en haut et les modèles participatifs sont en cause. La délégation des responsabilités n'est pas forcément la clé d'une gestion durable des ressources naturelles. La décentralisation peut faire apparaître de nouveaux noyaux de pouvoir et favoriser le détournement des ressources. Faut-il repenser la participation et la protection de l'environnement ? Si des progrès dans le sens d'une plus grande sensibilisation à l'environnement ont été réalisés, le risque d'un brutal changement de cap dans la politique de protection de l'environnement est à craindre, alors qu'il est utile de rappeler que des contextes différents appellent des solutions différentes.

Details

Actions