Files

Abstract

Quelles représentations de la masculinité et de la féminité conduisent des individus à agresser des jeunes femmes parce qu’elles portent des vêtements jugés indécents ? Quelles autres représentations de la décence et du corps des femmes conduisent certains groupes à protester contre de telles agressions ? L’affaire dite des minijupes, au Kenya, constitue un bon observatoire des permanences et des changements dans les représentations de la moralité, de la respectabilité et du statut différencié des jeunes hommes et des jeunes femmes. En fait, il est erroné de caractériser les diverses actions suscitées par la minijupe comme des réactions politiques de protestation, et plus encore des mouvements sociaux. Ce sont des mobilisations que les gouvernants acceptent, tolèrent, voire manipulent – révélatrices de représentations de genre ancrées dans la longue durée. En partant de l’histoire sociale des idées politiques en Afrique de l’Est, en passant par une analyse anthropologique des ressorts sociaux du mouvement Mungiki, avant de poursuivre par une sociologie des mobilisations pro-minijupes, nous rejoignons certaines analyses des "nationalismes sexuels".

Details

Actions