Abstract

Depuis la fin de la guerre froide, la diplomatie préventive est devenue un thème récurrent de la diplomatie multilatérale, à l'échelle universelle et régionale. Dans les Balkans, ce mode d'intervention a pris des formes si variées et sollicité tant d'acteurs que contrairement aux apparences, cette région fait office de laboratoire
Cette thèse soumet ainsi à l'examen et dresse un bilan critique de l'ensemble des initiatives préventives lancées au fil de la décennie 1990 par les institutions internationales de coopération et de sécurité (en particulier l'ONU, l'OSCE et la Conférence internationale sur l'ex-Yougoslavie, mais également l'OTAN, le Groupe de contact et l'Union européenne) pour tenter, sans toujours y parvenir, d'éviter l'éclatement de conflits armés en République fédérale de Yougoslavie (Kosovo, Sandjak, Voïvodine) ainsi qu'en Macédoine. L'objectif en est de déterminer, à l'appui de cette expérience, le champ du possible de la diplomatie préventive et d'avancer des propositions susceptibles d'élargir ce dernier

Details

Actions