Scolarisation, production et formation sur le tas en milieu artisanal urbain africain: vers l'organisation d'un système d'apprentissage professionnel ?

Analyse: La formation sur le tas représente, dans la plupart des villes d'Afrique francophone, la seule manière pour la majorité des jeunes d'acquérir les rudiments de qualifications qui pourront leur servir pour s'installer à leur compte ou au moins travailler dans le secteur artisanal
Ce dernier représente en effet, malgré le peu d'estime où de nombreux acteurs sociaux l'ont souvent tenu, le seul milieu productif de biens et services indispensables au fonctionnement des villes
L'école et la formation professionnelle en institution n'ont pu et ne pourront pas avant longtemps satisfaire les besoins en éducation et qualifications indispensables à un développement socio-économique harmonieux
L'analyse des résultats des enquêtes menées à la fin des années 70 sur le "secteur non structuré moderne" de cinq villes d'Afrique francophone sur les relations entre fonctionnement d'un millier d'ateliers artisanaux et pratiques et besoins de formation de patrons, ouvriers et apprentis montre que ce secteur est porteur d'avenir
Dans la mesure en effet où la formation sur le tas s'y combine souvent chez patrons et apprentis avec un minimum de bagage scolaire, un processus d'organisation programmé de cette formation en apprentissage formalisé et socialement reconnu apparaît souhaitable et possible


Publication infos:
Genève, [s.n.], 1991
Publication year:
1991
Number of pages:
434 p.
PhD Director(s):
Directeur de thèse: Professeur Pierre Furter
Record appears in:



 Record created 2012-01-16, last modified 2018-01-28


Rate this document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Not yet reviewed)